Direction les quartiers et la jeunesse de Guadeloupe

Lancement d’un centre socio-éducatif en Guadeloupe

« Une grande partie de la jeunesse guadeloupéenne connaît une détresse qui menace en permanence d’exploser » , Éric Broussillon, sociologue Guadeloupéen.

Ce département ultra-marin est marqué par une grande partie de la jeunesse avec une éducation trop fragile et un taux de chômage record. Cette réalité est exacerbée dans les quartiers populaires, et les raisons sont comme souvent nombreuses. Prenons en exemple les mères de famille qui sont 50% à élever seules leurs enfants dans des conditions parfois insalubres et insécurisées.

Jean Marie Petitclerc, coordinateur du réseau DBAS « Don Bosco Action Sociale »,  a confié à Arthur Massiet du Biest la mission de créer une association avec le concours des habitants sur ce territoire ultramarin. Avec le soutien du Valdocco et du réseau DBAS, l’objectif sera d’aider les jeunes à devenir des citoyens actifs en leur donnant les moyens de réinvestir leur scolarité et en les préparant à intégrer une vie professionnelle.

Au travers de ses expériences d’éducateur à Manille avec l’association ACAY dans les centres de détentions pour mineurs, ainsi que celles liées aux actions de prévention dans les quartiers populaires d’Argenteuil à l’association le Valdocco, Arthur a acquis une certitude : « les jeunes du monde entier et de toutes les origines sociales ont des potentiels formidables. Mais sans coup de pouce, trop de ces potentiels s’affaiblissent tout au long d’une vie parfois âpre et violente, rythmée par de moins en moins d’espérance. »

Ils représentent, que nous le voulions ou non, NOTRE avenir, celui de l’humanité ! « Occupons-nous d’eux, sinon, ils ne tarderont pas à s’occuper de nous« , disait Don Bosco il y a 200 ans dans les faubourgs de Turin. Le choix est donc de sortir de métropole pour aller à la rencontre d’une population française isolée et avec une jeunesse en mal d’espérance.

Quelques chiffres suffisent à dresser une situation très préoccupante :

  • 50% des jeunes de 16 à 25 ans sont au chômage et 40% quittent la Guadeloupe pour suivre leurs études ou travailler ;
  • 50% des familles sont monoparentales dans les quartiers populaires Guadeloupéens ;
  • 31% des jeunes de 15 à 25 ans sont illettrés (9% en métropole) ;
  • Le taux de criminalité est 2 fois plus élevé en Guadeloupe qu’à Paris.

Ce fonds de soutien à hauteur de 20 000€ servira à lancer l’activité d’un futur centre socio-éducatif en Guadeloupe. Il posera les premiers jalons grâce :

  • A l’achat d’un véhicule pour se rendre sur les quartiers et pour proposer des sorties culturelles, artistiques et sportives aux jeunes.
  • Aux prestations des animations et aux matériels pour les activités :
    • Animation de rue : activités au sein même des quartiers populaires pour une trentaine d’enfants
    • Ateliers/sorties : activités en dehors du quartier (pratique sportive, culturelle, artistique, scientifique, …) pour une dizaine d’enfants

Pourquoi ces choix ? Pour aller à la rencontre et investir le quartier… Le « jeu » avec les plus jeunes est une merveilleuse porte d’entrée sur un territoire !

2 objectifs grâce à ces activités :

  • Rencontrer les jeunes et instaurer une relation de confiance avec les habitants ;
  • Identifier les enjeux socio-éducatifs, les obstacles à la réussite des enfants et les leviers qu’il est possible d’activer dans un programme éducatif

Arthur Massiet du Biest, chef de projet

Avec plaisir et joie de répondre à vos questions : mdbarthur@gmail.com / 07 50 83 21 17

Un immense merci à Julie, Tristan, Fausto, Richard, Marguerite, Catherine, Jacques, Tim, Marie, Cynthia, Caroline, Quitterie, Romain, Anton, Marie-Sophie, Geoffroy, Julie, Stéphane, Catherine, Ivan, Gérard, Louise, Ghislaine, Jean, Sandra, Xavier et Marie, Julien, Régis, Grégoire, Monique, Sylviane, François, Hélène, Benoît, Gaston, Martine qui soutiennent déjà ce projet. Faites comme eux, aidez-nous dans la réalisation de ce projet !